fbpx

Comment braver la peur de se lancer

Prendre une décision importante, créer son entreprise... Comment dépasser la peur de se lancer ? Un article de J'aime la paperasse. #mindset #entrepreneuriat #microentreprise #autoentrepreneur

Que celui qui n’a jamais douté lève la main ! Personne, c’est bien ce que je me disais. Sauf que là, tu as besoin de réaliser un grand projet comme la création de ton entreprise, donc de passer à l’action malgré la peur. Alors à défaut de baguette magique, je vais te donner des astuces pour braver la peur de te lancer.

 

 

1 | Comprendre pourquoi tu bloques

 

Quand on fait quelque chose de nouveau, on sort de sa zone de confort. Sauf que notre cerveau, il n’est pas forcément d’accord avec ça. Nous sommes génétiquement programmés pour rechercher le confort et la sécurité, c’est une question de survie !

Alors bon, même si nous ne sommes plus au temps de l’homme des cavernes, cet instinct reste bien ancré en nous.

Le problème, c’est que la réaction instinctive face à l’inconnu, c’est de se mettre en retrait et se protéger, donc ne plus avancer. Un véritable barrage. Bim !

 

La politique de l’autruche, on sait très bien que cela ne fonctionne pas, alors le premier pas que je te suggère de faire, c’est d’identifier clairement ce qui te fait peur.

Parfois, on se cache derrière des prétextes : ce n’est pas le moment, je n’ai pas l’argent, que va penser le voisin, il fait trop chaud… Alors qu’en réalité, on a peur de l’échec ou on n’ose pas parce qu’on ne comprend pas vraiment dans quoi on s’embarque.

Tu peux donc prendre le temps de creuser vers ce qui t’inquiète réellement pour comprendre ce qui te freine.

 

 

2 | Que peut-il arriver de pire

 

Un premier exercice tiré du livre La semaine de 4 heures de Tim Ferris. Tout réside dans la question : que peut-il arriver de pire.

Tu pars de ce qui te fait peur. Par exemple, en créant mon entreprise, au mieux je trouve assez de clients et mon entreprise se développe, au pire je n’ai aucun client.

Puis, tu continues avec les conséquences, de ce qui pourrait se passer si le pire se produisait… Et à ce que tu ferais face à ce problème.

Si je n’ai pas de clients, je n’ai pas d’argent. Face à ce problème, je pourrais changer ma façon de vendre / lancer un autre produit ou service / me faire accompagner pour identifier ce qui cloche dans mon entreprise / revenir au salariat pour assurer une sécurité financière.

Le but est de te rendre compte que même si ce qui te fait le plus peur devait se réaliser, tu trouverais un moyen de t’en sortir et de rebondir.

 

| À lire également : 7 réalités de la vie d’entrepreneur |

 

 

3 | Dédramatise l’échec

 

Quand on lance un projet, on souhaite réussir. Et c’est bien normal, si tu n’as pas une réelle envie de réussir ce que tu entreprends, comment auras-tu la motivation sur la durée ?

Sauf que l’effet pervers de cette soif de réussite, c’est la peur de l’échec.

On a tendance à dramatiser la moindre boulette, comme si c’était la fin de tout. En réalité, malgré tout le professionnalisme dont tu fais preuve, même en étant appliqué(e) et soigné(e) dans tout ce que tu fais, tu commettras des erreurs.

La seule façon de ne pas commettre d’erreur est de ne rien faire… Et encore, dans ce cas, ton erreur aura été de ne pas tenter ta chance.

Alors petit à petit, il faut apprendre à baisser la pression. La plupart des erreurs ne sont pas graves et peuvent être rattrapées. Bien souvent, tes clients feront preuve d’une bienveillance et une compréhension que tu ne soupçonnes pas, parce que nous sommes humains et nous avons tous des loupés, tout simplement.

Ce qui importe le plus, c’est de faire de son mieux et d’apprendre de ses ratés pour s’améliorer.

 

 

4 | Visualise les bénéfices

 

Tu connais les exercices de visualisation ? C’est un excellent moyen de t’imprégner d’un état d’esprit qui te mène vers tes objectifs en te projetant dans ton avenir une fois tes objectifs atteints.

Par la simple pensée, par l’écriture, par des éléments visuels avec le tableau de visualisation, tu disposes de divers moyens de t’aider à te projeter vers l’avenir que tu te construis.

 

Quelques conseils pour que ce soit efficace.

Lorsque tu prends un moment pour faire un de ces exercices, place-toi dans le calme, loin de toute distraction, pour te concentrer sur ce qui se passe au fond de toi.

Tu devras faire preuve de sincérité envers toi pour identifier vers quoi tu veux vraiment aller.

Ce qui te motivera le plus profondément, te donnera de l’énergie, te poussera à persévérer dans les moments difficiles ou sur la durée, c’est ce qui répond à une envie sincère.

Pas ce qui est rentable selon les dires d’un tel, ni forcément ce qui est logique par rapport à ton parcours, ni copier ce qu’a fait une autre personne. Tu es la seule personne au monde à connaître tes vrais désirs.

 

| À lire également : 6 clés pour réussir tous tes projets |

 

 

5 | Inspire-toi de personnes qui sont passées par là ou vivent la même chose

 

J’aimerais bien étaler ma culture des grands noms du business… Mais non. Je n’ai pas d’attachement à une personne en particulier, et je ne crois pas que ce soit nécessaire.

Toutefois, tu peux t’inspirer de diverses personnes pour te donner la motivation, la vision et l’énergie pour avancer.

Il peut s’agir de véritables mentors qui t’accompagnent dans ton parcours avec ton entreprise, en t’épaulant grâce à leur propre expérience.

 

Tu peux aussi t’aider des parcours d’entrepreneurs connus (ou pas !), dont tu trouveras énormément de ressources motivantes à travers des livres, articles, podcasts, vidéos, etc. Il y en a pour tous les goûts, et même chez chacun d’entre eux, tu peux piocher ce qui colle à ta propre vision.

Par exemple, j’ai beaucoup apprécié certains passages de La Semaine de 4 heures de Tim Ferris, que j’ai cité plus haut, alors que je n’adhère pas du tout à son concept d’automatisation à outrance ou de délocalisation (Cocorico !).

Dans un tout autre style, des femmes comme Oprah Winfrey ou Shonda Rhimes donnent juste envie de briller à notre tour !

 

Regarde aussi autour de toi. Dans ta famille, tes amis, tes connaissances « business », sur Instagram ou ailleurs, il y a probablement des personnes qui se trouvent dans la même démarche que toi ou à l’étape supérieure, et peuvent t’inspirer.

L’avantage à cette échelle, c’est que tu es assez proche de ces personnes, elles sont assez accessibles, pour que tu puisses voir l’envers du décor. C’est parfait pour garder les pieds sur terre sans idéaliser le quotidien des « personnes qui réussissent ». Derrière la façade du succès, il y a des doutes, parfois même des ratés, et l’impossibilité d’assurer à 100 % sur tous les plans à la fois.

En prenant conscience de tous ces aspects, cela te permet de faire descendre la pression et de déculpabiliser lorsque tu doutes de tes capacités.

 

| À lire également : 5 points communs des entrepreneurs (qui réussissent) |

 

 

6 | Etre toi suffit

 

Quand on débute, on se renseigne sur toutes les bases à connaître, toutes les techniques à maîtriser, à la recherche de LA méthode pour réussir.

Et puis, pour progresser, on regarde ce qui se fait ailleurs : chez les concurrents ou des entrepreneurs d’une activité totalement différente mais dont les réalisations, le rapport avec les clients, la communication, etc. nous plaisent et nous inspirent.

 

Oui, c’est une étape parfaitement normale et qui aide à évoluer. Sauf qu’elle ne doit pas durer.

Il y a un moment où tu dois comprendre que ce qui importe n’est pas de te conformer à ce qui se fait ailleurs, mais d’être toi, dans toute ta singularité.

Si chaque fois que tu regardes tel compte Instagram, cela te décourage parce que tu te sens nul(le) par rapport à ce qu’il/elle fait… Arrête de le suivre ! Non, franchement, si au lieu de t’inspirer et te motiver, cela te fait te sentir mal, alors pourquoi t’infliger cela ?

 

Concentre-toi plutôt sur ta propre évolution, ton propre parcours, ta propre identité.

Cela signifie deux choses :
1) Inutile de courir après toutes les méthodes. Désabonne-toi des newsletters ou autres qui te mènent dans des directions contradictoires, pour te focaliser sur le plan d’action que tu as choisi et qui te correspond.

2) Inutile de te morfondre à cause de comparaisons douteuses. Tu peux arrêter de suivre ce qui te fait complexer, même s’il s’agit de « la » personne à suivre. Place ton énergie ailleurs, ce sera bien plus productif !

 

Pour finir, souviens-toi que tout est question d’état d’esprit. Oser ne veut pas dire que l’on n’a pas peur. C’est plutôt… J’ai peur mais j’y vais !

 

 

Laisser un commentaire

Retour haut de page