7 réalités sur la vie d’entrepreneur

7 réalités de la vie d'entrepreneur, on casse les mythes ! Autant être au clair avant de créer ton entreprise. Article de J'aime la paperasse #entrepreneuriat #microentreprise #businesslife

 

Ahhhh la vie d’entrepreneur. Il y a la version vendeuse de rêves : tu ne fais rien puisque tout est automatisé, tu passes ta vie en vacances, en sortant ton ordinateur de temps en temps sur la plage de sable blanc, et tu gagnes TELLEMENT bien ta vie sans rien faire, grâce à un système mis en place en un mois. Waouh !

Ou la version déprimante : un entrepreneur, c’est un travailleur pauvre, qui consacre sa vie entière à son job, sans sortir, sans jamais voir ses amis ni sa famille puisqu’il n’a pas le temps. Et de toute façon, rien ne l’intéresse en dehors de son travail, tout ça pour galérer…

Bon, maintenant qu’on a réglé la question des clichés, passons à 7 faits un peu plus concrets et réalistes à propos de la vie d’indépendant. Ready ?

 

 

1 | Créer une entreprise, ça prend du temps

 

Non, franchement… l’histoire de partir de zéro et décrocher les étoiles au bout de quelques semaines, on en parle ?

Pour le commun des mortels, ça ne se passe pas du tout comme ça. Il y a le temps d’élaborer ton projet : définir tes produits ou services, trouver tes éventuels partenaires, décider des modes de communication que tu utiliseras pour atteindre tes clients, travailler ta stratégie commerciale, etc.

Puis arrive la phase de mise en oeuvre. Et là tu te rends compte que chaque petit élément, le simple fait de rédiger quelques documents, créer quelques visuels, passer un coup de téléphone, envoyer un mail, etc mis bout à bout cela finit par représenter une masse de travail.

 

Et c’est valable pour les entreprises qui exploitent réellement les systèmes d’automatisation : avant d’en arriver là, ces entrepreneurs ont fourni un énorme travail et parfois essuyé quelques échecs.

 

 

2 | Tu vas faire des erreurs

 

La transition avec ce deuxième point était toute trouvée. J’aimerais sincèrement te dire que grâce aux innombrables conseils que tu trouveras partout et à une bonne préparation, tout se passera si bien que tu feras les choses parfaitement. Les bons choix, au bon moment, de la bonne façon.

Ça sonne faux hein ?

Cela n’arrivera pas. Parce que… c’est impossible ! Autant le savoir dès le début, avec un peu de chance, ça t’évitera de t’auto-flageller à la moindre boulette. Même si en réalité, on veut si bien faire et on a un tel degré d’exigence envers soi qu’il est difficile d’accepter ses propres erreurs.

Mais elles font partie du jeu, et nous aident à apprendre et à progresser.

 

 

3 | Tu ne te connais pas si bien que ça

 

Mais qu’est-ce qu’elle raconte encore… ? Attends, tu vas voir que c’est très censé.

Tu ne connais pas tes limites. Et surtout, tu ne connais pas tes capacités.

Plus tu avances, plus tu te découvres des talents, le pouvoir de gérer beaucoup de choses, le courage d’oser. Tu réalises chaque jour des choses dont tu ne te serais pas cru capable.

 

Tu ne te transformeras pas du jour au lendemain. Enfin, peut-être que si, mais généralement c’est un processus qui se met en place progressivement, parfois même sans que tu t’en rendes compte si tu ne prends pas le temps de te poser et regarder ton parcours.

On avance à des rythmes différents, mais il est certain que l’entrepreneuriat apporte une belle expérience de vie.

 

 

4 | Une bonne préparation, ça aide

 

Tu sais, le sport et moi… c’est compliqué. J’essaie de m’y mettre avec maintes difficultés, mais du coup ma condition physique aujourd’hui ce n’est pas vraiment ça. Est-ce que tu penses une seule seconde que je vais me lancer comme ça dans un super challenge, du genre une course de 15 km ?

Mauvaise idée, nous sommes d’accord.

Eh bien, c’est pareil pour lancer sa boîte. Tu as une idée merveilleuse, c’est une excellente base, mais créer ton entreprise dans l’heure qui suit, sans avoir rien préparé, c’est franchement un mauvais plan.

Comme pour beaucoup de choses, bien préparer ton projet, c’est mettre un maximum de chances de ton côté pour prendre un bon départ. Et éviter certaines blessures galères.

 

 

5 | La rigueur est indispensable

 

Si tu trouves un entrepreneur qui laisse sa boîte s’auto-gérer, sans se soucier du timing, des obligations, de la régularité dans sa communication, de la qualité de son travail… ET qui réussit, tu sais où me trouver, je veux bien que tu me le présentes pour une super interview.

Une entreprise, ça se gère et c’est une réelle limite à l’image de liberté que l’on vend à tout va.

Si tu t’engages sur une mission mais que tu en as marre arrivé à la moitié du travail, tu ne vas pas lâcher ton client et lui dire de se débrouiller ?

Si tu préférerais rester sous ta couette ou partir en vacances mais que tu as des engagements, tu fais quoi ?

Et quand arrive le moment de la comptabilité et des déclarations, tu vas bien devoir t’y mettre même si tu n’aime pas ça, n’est-ce pas ?

Voilà, tu as compris l’idée. Un minimum d’auto-discipline s’impose pour mener sa barque convenablement.

 

 

6 | Le doute, ça colle aux basques

 

Appelle-le doute, syndrome de l’imposteur ou même Arthur si tu veux, peu importe : il est tenace. Comme une sensation de ne pas savoir vraiment ce que tu fais, ce que vaut ton travail, si ça va marcher.

Et puis, que vont penser tes clients si tu passes à l’action ? si tu ne le fais pas ?

Et cet investissement, faut-il le faire ou non ?

C’est fatiguant parfois mais c’est comme ça. Avancer avec un projet d’entreprise, c’est voir régulièrement ce doute te titiller et y aller quand même. À force, on apprivoise un peu sa peur, mais un nouveau défi arrive vite et on se confronte une nouvelle fois à quelque chose d’inédit.

Autrement dit, si tu n’as pas une pleine confiance en toi et que tu flippes complètement au moment de lancer un nouveau produit, de poster pour la première fois sur les réseaux sociaux, de te montrer, d’envoyer ta première newsletter, de rencontrer tes clients, de réaliser une nouvelle mission, ou juste en pensant à ton projet et à l’enjeu financier ou professionnel… C’est normal !

 

 

7 | Tu feras de belles rencontres

 

Je ne pouvais pas parler de la réalité du quotidien d’entrepreneur sans aborder ce point.

Que ce soit en chair et en os ou à distance, l’aventure entrepreneuriale est pleine de rencontres merveilleuses. Pas du genre « Bisounours » où tout le monde est gentil, mais des personnes qui te donnent une vision, qui contribuent à ton évolution. D’autres avec qui tu partages les réussites comme les moments de galère. D’autres avec qui ce sera un simple moment de partage.

Ce client qui t’a donné ta chance alors que tu débutais. Cette personne qui t’a encouragée et recommandée auprès de ses connaissances. Cet univers que tu as découvert et qui t’a enthousiasmé(e).

Bref, des personnes dont tu croises la route à un moment et qui la rendent plus agréable avec de belles surprises.

 

 

Tout cela pour dire que le statut d’entrepreneur n’est ni le saint Graal ni une prison, mais il change assurément ton mode de vie et t’offre une expérience qui te fait grandir. Ce n’est pas fait pour tout le monde mais si tu y aspires vraiment, cela vaut le coup de te lancer 🙂

2 réflexions sur “7 réalités sur la vie d’entrepreneur”

  1. Je suis tellement d’accord avec toi ! Depuis que j’ai le blog, je travaille dessus limite à temps plein comme mon job salarié, c’est énormément de boulot on ne se rend pas compte je pense quand on n’en a pas. Mais quand tu adores ce que tu fais, c’est la meilleure des récompenses selon moi 🙂

    1. J'aime la paperasse

      C’est clair qu’il n’y a que lorsqu’on s’y est essayé qu’on se rend compte du temps que prend la gestion d’un blog, surtout au début ! Mais sans regret 😉

Laisser un commentaire

Retour haut de page