J'aime la paperasse

Création & gestion d'entreprise - Organisation

Crée ton entreprise en restant salarié

C’est décidé, je plaque mon job et je monte ma boîte ! Au revoir, patron !
Oui mais… le temps que mon activité décolle, de quoi vais-je vivre ?
Oui mais… en fait c’est plutôt une activité complémentaire, j’ai besoin d’assurer des revenus stables plus élevés…
Oui mais… j’ai peur de me planter, j’ai un bon job quand même. Ce serait peut-être mieux de le garder le temps de tester mon concept…
Bref, OK je deviens entrepreneur, mais je veux aussi rester salarié pour l’instant. Une solution m’dame ? Le cumul entrepreneuriat/salariat. C’est possible, mais pas n’importe comment. Tu es prête ? Regardons ça ensemble.

 

Cumul salariat/entrepreneuriat : des avantages et des inconvénients

L’avantage évident de conserver ton job tout en lançant ton entreprise, c’est de ne pas te demander régulièrement « Mais comment vais-je payer mon loyer, mes factures ?! ». Tu as ton salaire à la fin du mois quoi qu’il advienne. Ce qui en découle, c’est une sécurité, une stabilité, et par conséquent une certaine sérénité. Et moins de stress, c’est bon pour toi et ton business.

Un autre avantage de cumuler, c’est d’assurer un filet de sécurité pour l’avenir : si tu décides de renoncer à ton entreprise pour x raisons, tu n’auras pas à repasser par la case recherche d’emploi.

 

Alors tout cela est bien beau mais évidemment, il faut penser au revers de la médaille. Tu as combien de bras ? de mains ? et surtout de cerveau(x) ? Si tu as répondu « 2, 2, 1 », il y a des chances que nous appartenions au même genre ! Certes, nous avons une capacité incroyable à nous démultiplier. Dès qu’une activité s’insère dans notre quotidien, nous trouvons les ressources pour gérer toujours plus ! Sauf que nous avons tous des limites, et jongler entre différents emplois peut s’avérer acrobatique. Plus encore, jongler entre différents statuts : d’un côté, tu réponds aux ordres d’un employeur qui aura toujours le mot de la fin… de l’autre côté c’est toi le patron, avec la liberté mais aussi la responsabilité car il n’y aura personne pour gérer et décider à ta place ! Il n’est pas forcément aisé de cumuler les deux casquettes, l’état d’esprit étant radicalement différent.

L’autre grande limite : le temps. Même en travaillant à temps partiel, une journée de travail reste une journée de travail. Cela veut dire qu’après tes heures en tant que salarié tu dois trouver le temps et l’énergie pour développer ton entreprise. Si tu rajoutes une vie de famille et d’autres activités, cela devient encore plus rock’n’roll.

Il est plus difficile de s’investir pleinement dans son entreprise lorsque l’on doit tout gérer à la fois. Attention à la surcharge !

Si tu envisages tout de même l’option du cumul, je vais te donner des éléments pour y voir plus clair.

 

Crée ton entreprise en restant salarié ! #cumul #creation #entreprise #salarie #jaimelapaperasse

 

D’abord, est-ce possible pour toi ?

Eh oui, tu n’es pas libre à 100% de créer ton activité comme bon te semble. Il faut t’assurer d’être en conformité vis-à-vis de ton employeur :

  • Vérifie si ton contrat de travail contient une clause d’exclusivité, de non-concurrence ou de loyauté : cela ne t’empêche pas toute création d’entreprise mais pose des limites quant à son activité.

Bon à savoir : Ton employeur ne peut pas t’opposer la clause d’exclusivité pendant un an en cas de création ou reprise d’entreprise, sauf pour les VRP (article L.1222-5 du Code du travail).

 

  • Même sans clause spécifique, tu ne peux pas rester chez ton employeur et en même temps devenir son concurrent (non seulement ce n’est pas beau mais en plus ce n’est pas du goût de la justice !). Cette concurrence est par contre tout à fait légale une fois ton contrat de travail rompu, à condition de ne pas user de pratiques déloyales : détourner la clientèle, chercher à créer la confusion entre les deux entreprises (enseigne commerciale similaire par exemple).
  • Utiliser les moyens de son patron pour sa propre entreprise ou travailler pour votre business sur le temps de travail rémunéré par votre patron ou pendant un arrêt de travail (maladie, congé maternité/paternité), c’est mal…

 

Attention tout de même, certaines professions ne peuvent être exercées en cumul avec une micro-entreprise (les professions libérales réglementées : médecin, avocat, expert-comptable…).

Note également que tu ne peux pas être à la fois salarié et prestataire d’une même entreprise. Autrement dit, ton employeur ne peut pas être ton client.

Si toutes les conditions sont remplies, tu peux te lancer, généralement sans obligation d’en informer ton employeur. Une fois de plus, il est question de loyauté ; l’information est donc nécessaire si ton entreprise touche au même secteur d’activité ou à la même clientèle que celle qui t’emploie.

Tu souhaites peut-être passer à temps partiel pour créer ton entreprise ? Regardons de plus près comment cela fonctionne.

 

Crée ton entreprise sans quitter ton job !

 

Temps partiel pour création d’entreprise : quelles sont les conditions ?

La législation prévoit une condition d’ancienneté dans l’entreprise de 24 mois.

C’est toi qui choisis la durée de ton temps partiel, dans la limite d’un an, renouvelable pour une année supplémentaire.

Pour cela, tu formules ta demande par écrit (lettre recommandée avec accusé de réception de préférence, mais remise en main propre contre décharge ça marche aussi). Tu dois préciser :

– la date de début du temps partiel,

– la durée du temps partiel,

– la réduction du temps de travail souhaitée.

Il faut prévoir un préavis de 2 mois minimum avant la date de passage à temps partiel souhaitée.

 

Ton employeur a tout de même son mot à dire (ben ouais, c’est lui le patron quand même) :

  • D’accord !
  • Oui mais plus tard ! L’employeur peut décider d’un report dans la limite de 6 mois.
  • Non !

– Parce que tu ne remplis pas les conditions d’ancienneté ou parce que ta demande n’a pas été formulée correctement. C’est le seul motif de refus valable si tu travailles dans une grande entreprise (au moins 300 salariés).

– Parce qu’il estime que ton passage à temps partiel nuira à la bonne marche de son entreprise (après consultation des représentants du personnel).

– Parce que tu en as déjà bénéficié moins de 3 ans auparavant.
Si tu souhaites contester le refus, tu peux saisir le conseil des prud’hommes dans les 15 jours à partir de la réception de sa notification.

Important : Le silence de l’employeur dans les 30 jours de la réception de votre demande vaut accord ! Comme on dit, qui ne dit mot consent !

Crée ton entreprise sans quitter ton job !

 

Suspendre ton contrat de travail : le congé pour création d’entreprise

Si tu préfères te lancer à 100% dans ton projet, mais en gardant ton emploi salarié comme filet de sécurité, tu peux également opter pour le congé pour création ou reprise d’entreprise (non rémunéré, bien entendu). Les modalités sont similaires : conditions, durée, préavis, réponse de l’employeur… avec la garantie au terme du congé de retrouver ton ancien poste ou un poste équivalent avec la même rémunération.

Attention : Qu’il s’agisse d’un passage à temps partiel ou d’un congé pour création/reprise d’entreprise, la loi ne prévoit pas de fin anticipée. Il faut donc bien réfléchir avant de déposer ta demande, car si tu changes d’avis ton employeur peut te réintégrer par anticipation mais il n’en a aucune obligation.

 

En résumé, nous avons vu que créer son entreprise tout en restant salarié, c’est possible. Cela présente des avantages et des inconvénients, et tu peux opter pour le passage à temps partiel ou un congé pour création/reprise d’entreprise pour mieux t’organiser.

 

Tu es agent public, fonctionnaire ou contractuel ? Là ça se complique… Assez pour que j’y consacre un second article, par ici !.

 

Tu as opté pour la création d’entreprise tout en conservant ton job ? Parlons-en en commentaire, juste en dessous ! A bientôt !

 

Crée ton entreprise en restant salarié ! #cumul #creation #entreprise #salarie #jaimelapaperasse

 

 

Voici des articles qui pourraient t’intéresser :
Les seuils de la micro-entreprise en 2018
Dois-tu payer la CFE ?
Je crée mon entreprise !
Le centre de formalités des entreprises : un interlocuteur dédié
Micro-entreprise & TVA (ce n’est pas si simple)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *