fbpx

Versement libératoire, bon plan ou pas ?

Comment savoir s'il faut choisir le versement libératoire ? Les réponses dans cet article de J'aime la paperasse. #microentreprise #entrepreneuriat #autoentrepreneur

 

Quand tu crées ta micro-entreprise, tu as très peu de choix à faire, mais ils méritent d’y porter une vraie attention. La principale question concerne le versement libératoire : faut-il le choisir ou non ?

 

 

1 | Versement libératoire, comment ça marche ?

 

Tous les micro-entrepreneurs doivent déclarer régulièrement leur chiffre d’affaires pour payer leurs cotisations sociales, chaque mois ou chaque trimestre.

Le principe du versement libératoire, c’est de verser l’impôt sur le revenu sur le même système, en même temps que les cotisations sociales.

Si tu prends cette option, tu paieras donc un pourcentage supplémentaire sur tes cotisations sociales, qui représente ton impôt :

  • 1 % si tu as une activité de ventes,
  • 1,7 % si tu as une activité de prestations de services commerciales ou artisanales,
  • 2,2 % si tu as une activité libérale.

Cet impôt est calculé de façon définitive, sans régularisation possible, ni pour toi, ni pour l’Etat. C’est la signification du terme « libératoire ».

 

| À lire également : La micro-entreprise, c’est quoi au juste ? |

 

 

2 | Les conditions pour opter pour le versement libératoire

 

Pour bénéficier de ce dispositif, il y a une condition de revenus. Tu auras besoin de ton avis d’imposition pour savoir si tu y as droit.

Attention, ça va piquer un peu, on sort le jargon fiscal.

Je vais essayer de parler le plus clairement possible pour te garder jusqu’au bout.

 

Il faut vérifier tes revenus de N-2, donc pour 2019, tu prends l’avis d’imposition reçu en août/septembre 2018 qui porte sur les revenus 2017.

(Tu es toujours là ?)

Tu y trouveras :

  • le nombre de parts de ton foyer fiscal,
  • ton revenu fiscal de référence (RFR).

En 2019, la limite est fixée à 27 086 € par part fiscale. Tu multiplies donc ce montant par ton nombre de parts pour connaître le plafond en fonction de ta situation familiale.

 

Pour avoir droit à l’option, ton revenu fiscal de référence doit donc être inférieur à :

  • 27 086 € si tu es célibataire (d’un point de vue fiscal, le reste c’est toi qui vois),
  • 54 172 € pour un couple sans enfant à charge (2 parts),
  • 67 715 € pour un couple avec 1 enfant, etc.

 

| À lire également : L’impôt sur le revenu des auto-entrepreneurs |

 

 

3 | Finalement, faut-il prendre l’option pour le versement libératoire ?

 

J’aimerais te dire oui ou non, mais tu t’en doutes, ce serait bien trop simple.

En règle générale, l’option est avantageuse et te fait payer moins d’impôt.

 

MAIS ATTENTION ! Il y a un cas où il ne faut surtout pas prendre l’option.

Si compte tenu de ta situation tu penses que tu ne seras pas imposable, alors ne prends pas l’option.

Toute la difficulté est de te projeter pour savoir si tu seras imposable ou non. Voici un outil qui pourra t’aider, le simulateur des impôts.

 

| À lire également : Le prélèvement à la source des auto-entrepreneurs |

 

Alors, qu’en penses-tu finalement : le versement libératoire, bon plan ou non ?

 

 

Suggestions d’articles :
Comment créer une micro-entreprise : 5 étapes indispensables
Micro-entreprise : est-ce vraiment une bonne idée ?
Le vrai coût de la micro-entreprise

 

 

Laisser un commentaire

Retour haut de page