fbpx

5 intox sur la micro-entreprise !

Cassons les idées reçues sur la micro-entreprise ! Un article de J'aime la paperasse #autoentrepreneur #businesstips

 

 

Entre cafouillages, désinformations et clichés, voici une petite sélection de 5 idées complètement fausses au sujet de la micro-entreprise qui sont sans doute parvenues à tes oreilles.

Petite mise au point, c’est parti !

 

 

1 | Tu as besoin d’un compte pro en micro-entreprise

 

Allez, on commence avec la fausse information à la limite de l’arnaque. (J’ai dit limite ?!)

Les banques qui veulent absolument te vendre leur super produit pro alors que tu ouvres une micro-entreprise qui ne génère pas encore le moindre revenu, qu’il s’agit d’une petite activité complémentaire, que tu n’as besoin de rien de tout ça…

 

Et quand tu refuses, elles te lancent l’argument béton : « C’est obligatoire, le compte professionnel pour un professionnel ».

Parfois, ton conseiller va jusqu’au bout avec des textes de loi sortis de je-ne-sais-où…

Alors soyons clairs une bonne fois pour toutes.

 

Quand tu crées une société, c’est-à-dire une EURL, SARL, SAS, SASU, etc, cette forme complexe où tu dois rédiger des statuts, publier une annonce légale et surtout déposer le capital sur un compte bloqué avant la création, oui le compte bancaire professionnel est obligatoire.

 

Quand tu crées une micro-entreprise, c’est-à-dire une entreprise individuelle simplifiée au maximum, NON le compte professionnel n’est pas obligatoire.

N’importe quel compte courant peut faire l’affaire. Le reste est commercial.

 

Bien sûr, tu peux choisir de t’orienter vers le compte pro, surtout si tu as besoin de produits spécifiques, solutions de paiement, financements etc mais dans une très large majorité de cas c’est inutile.

Ce qui veut dire que tu peux ouvrir un deuxième compte courant dans ta banque ou dans une banque en ligne et l’utiliser pour ton entreprise gratuitement.

 

En ce qui me concerne, j’ai choisi Boursorama Banque, dont j’étais déjà cliente depuis plusieurs années et qui me facture habituellement 0 €.

Ce n’est pas une faute de frappe, c’est gratuit, ils m’ont même versé une prime pour l’ouverture du compte.

(D’ailleurs, si tu veux je peux te parrainer, c’est du gagnant-gagnant avec une prime de 80 € à 130 € selon la période.)

 

| A lire également : Comment créer une micro-entreprise ? |

 

 

2 | La micro-entreprise est faite pour tout le monde

 

Déjà… Nous ne sommes pas tous faits pour être travailleurs indépendants. C’est un fait.

Nous avons des tempéraments et expériences différents, qui font que certains sont plus autonomes que d’autres, certains préfèrent travailler en solo, d’autres en équipe.

Il y a ceux qui conçoivent, ceux qui agissent dans l’ombre, ceux qui sont sur le devant de la scène, ceux qui gèrent toutes les petites tâches pour permettre que l’ensemble fonctionne… Il y en a pour tout le monde !

Et puis, même au sein des entrepreneurs, clairement, s’il existe autant de formes d’entreprises différentes, c’est bien parce que chacune est plus ou moins adaptée à tel ou tel projet.

 

La micro-entreprise est géniale pour pouvoir se lancer à moindre coût, sans grand risque, facilement, rapidement, avec une gestion réduite à son minimum…

Mais parfois elle est totalement incompatible avec le projet (par exemple, un agriculteur ou un notaire ne peuvent pas exercer en micro-entreprise) ou inadaptée.

Si ton activité génère plus de charges que le forfait prévu par l’administration fiscale (34 % en activité libérale, 50 % en prestations de services commerciales ou artisanales, 71 % en ventes de biens), tu as sans doute intérêt à opter pour un autre statut.

Parfois, ce sera sous forme de société pour pouvoir t’associer à d’autres personnes ou bénéficier du régime des salariés au niveau social.

Bref, il y a de nombreux cas où la micro-entreprise n’est pas la solution idéale.

 

| A lire également : Quand créer ta micro-entreprise ? |

 

 

3 | La micro-entreprise, ça ne coûte rien

 

Bon… J’ai eu du mal à trouver le bon titre.

En effet, le plus souvent, créer une micro-entreprise, c’est totalement gratuit, même pour un artisan ou un commerçant, qui doivent s’inscrire au Répertoire des métiers ou au Registre du commerce.

 

Pense à mettre directement à la poubelle tous les documents d’arnaques qui te disent de payer pour t’inscrire à la TVA ou pour ton affichage obligatoire. C’est de l’escroquerie pure et simple.

MAIS…

Créer une entreprise est rarement totalement sans frais.

Question budget, il faut penser :

  • aux autres formalités administratives, comme le stage de préparation à l’installation (SPI) obligatoire pour les artisans, y compris pour les micro-entrepreneurs installés depuis 2015. Cette obligation est sur le point d’être supprimée courant 2019 d’ailleurs.
  • à tes besoins en formation, qui représente souvent un coût assez élevé,
  • au matériel et aux logiciels,
  • aux prestataires dont tu peux avoir besoin : créateur de site Internet, assistante virtuelle ou assistante administrative, comptable, graphiste…
  • à ton espace de travail : aménagement d’un bureau, espace en coworking…

Quand on additionne tout cela, on est très très loin du concept de l’entreprise gratuite.

 

| A lire également : Le vrai coût de la micro-entreprise|

 

 

4 | Une micro-entreprise, ça se gère tout seul

 

Si tu lis ces mots, c’est probablement que tu as conscience des enjeux autour de la gestion d’une entreprise.

Oui, une micro-entreprise, c’est simple par rapport à toutes les autres formes d’entreprise.

Mais est-ce que ta boîte va s’auto-gérer, par pitié non !

 

Si tu veux assurer une viabilité à ton entreprise, il y a un minimum à faire au niveau de la gestion. C’est valable côté stratégie, organisation, communication, etc mais aussi au niveau purement administratif.

Il faut donc mettre la main à la pâte, t’informer et prendre du temps régulièrement pour t’occuper de la paperasse, de la comptabilité, des déclarations, bref toutes les joyeusetés administratives.

… Ou alors déléguer, si tu sens que tu ne trouveras jamais le temps et/ou l’envie de t’en occuper.

 

A ce propos, si tu veux prendre un raccourci avec une formation dédiée à la micro-entreprise, c’est par ici : Objectif micro-entreprise.

L’important, c’est que ce soit fait, et bien fait ! Car les règles du jeu ne s’inventent pas. Si tu ne les as pas apprises un jour, tu ne les sauras pas.

 

| A lire également : 5 bonnes habitudes pour gérer son entreprise |

 

 

5 | Ce n’est pas une vraie entreprise, on ne peut pas en vivre

 

Heureusement que c’est faux !

En règle générale, on communique peu sur l’aspect financier en France. La question des revenus, de bien gagner sa vie… c’est tabou.

Mais je peux t’assurer qu’il y a des freelances qui s’en sortent bien alors qu’ils ont démarré comme micro-entrepreneurs ou qu’ils le sont toujours.

 

Un exemple concret avec Julia, qui communique régulièrement sur le sujet en totale transparence sur son blog I don’t think I feel avec ses désormais célèbres rapports de revenus mensuels.

 

Quand on a une activité qui génère relativement peu de charges, le régime de la micro-entreprise (ou auto-entrepreneur) peut se révéler très intéressant et les plafonds de 70 000 € en prestations de services (ou 170 000 € pour les ventes) laissent suffisamment de marge pour se dégager un revenu correct.

Après, la suite logique si ton entreprise se développe fortement, c’est d’évoluer vers une autre forme d’entreprise, en général entreprise individuelle « classique », EURL ou SASU.

 

Tu as d’autres clichés ou fausses informations à partager concernant la micro-entreprise ?

 

 

Suggestions d’articles :
7 réalités de la vie d’entrepreneur
Comment créer une entreprise sans argent ?

6 réflexions sur “5 intox sur la micro-entreprise !”

  1. Aipaminomdas

    Toujours intéressant de savoir ce qui peut éviter des déconvenues quand on est sur le point de se lancer. Merci pour toutes ces précisions.

  2. Hello 🙂
    Chouette cet article, j’avais déjà entendu un banquier dire cette fameuse phrase que tu as mentionnée et mon intuition me disait que c’était faux.
    Je vais suivre ton conseil. Mais j’ai une question, faut il donner le nom de notre entreprise ou notre nom pour ouvrir un compte bancaire « non professionnel » ? De plus, cette petite prime pas négligeable…j’imagine qu’on en fait ce que l’on veut ? As tu un conseil par rapport à cela ?
    Merci !

    1. J'aime la paperasse

      Hello ! Alors non, si tu ouvres un compte classique (donc non professionnel), il ne pourra pas être à un autre nom que le tien. Ni SIREN, ni nom commercial, puisque ce n’est pas un compte professionnel. Attention donc, si tu veux par exemple encaisser des chèques au nom de ton entreprise, ce sera impossible. C’est une ouverture de compte comme s’il ne s’agissait pas d’une activité professionnelle donc tout est à ton nom.

      La prime, c’est du bonus, ça doit leur coûter moins cher que la publicité ! Donc tu en fais ce que tu veux 🙂

Laisser un commentaire

Retour haut de page