fbpx

Pourquoi créer son entreprise avant de quitter son job ?

Cumuler salariat et entrepreneuriat présente des avantages et des inconvénients. Alors pourquoi faire ce choix et comment gérer le quotidien ? Un article de J'aime la paperasse. #entrepreneuriat #microentreprise #autoentrepreneur

 

Avant d’écrire cet article, j’ai interrogé celles et ceux qui me suivent sur Instagram pour dévoiler les petits secrets de J’aime la paperasse. Alors aujourd’hui, un article spécialement pour répondre à une des questions reçues : pourquoi cumuler salariat et entrepreneuriat.

Ou plutôt, pourquoi créer son entreprise sans quitter son job.

 

| Télécharge ta check-list des étapes indispensables pour créer ta micro-entreprise |

 

 

1 | Parfois, on n’a pas vraiment le choix

 

Autant j’annonce assez facilement ma situation de salariée et entrepreneur, autant je garde plus de discrétion sur ce que je fais réellement en dehors de J’aime la paperasse.

Et… ça ne va pas changer tout de suite.

Mais tu vas comprendre en quoi je ne me sens pas libre de quitter mon travail salarié pour le moment.

 

En fait, j’occupe un emploi dans la fonction publique. Sauf que certaines fonctions (comme les miennes) nécessitent une formation interne importante, qui se déroule sur plusieurs mois à temps plein.

En contrepartie, on s’engage à rester au service pendant un certain nombre d’années, qui peut aller jusqu’à 10 ans. Pour ma part, cet engagement est de 8 ans.

Même si je commence à avoir quelques années d’ancienneté, je n’ai pas encore rempli cette obligation de servir l’Etat donc si je partais par anticipation, je devrais rembourser une partie de mes frais de formation.

Donc payer quelques milliers d’euros pour démissionner… Merci, mais non merci, on va attendre un peu !

 

| À lire également : Créer son entreprise en restant salarié, c’est possible ! |

 

 

2 | La sécurité financière, évidemment

 

Côté perso, même si je n’étale jamais ma vie privée, on sait facilement que je vis en Ile-de-France et que j’ai deux enfants.

Rien que ça, ça donne une petite idée du niveau de charges à assurer.

 

Du coup, même si je suis impatiente de pouvoir reprendre ma liberté et me consacrer pleinement aux activités qui m’enthousiasment au quotidien, je dois être honnête : j’apprécie la sécurité financière de mon salaire.

Pour pouvoir avancer dans mes projets tout en préservant mon capital santé (travailler jour et nuit, avec en plus des enfants en bas-âge, ça ne peut pas durer longtemps !!), je suis passée à mi-temps.

Juste assez de pression pour avoir un enjeu financier, sans pour autant remettre en cause la sécurité financière de mon foyer.

 

| À lire également : 5 intox sur la micro-entreprise |

 

 

3 | Un développement tout en douceur

 

Avec cette pression présente mais modérée, ça crée un climat parfait pour être sur le front, motivée, sans avoir le sentiment de jouer sa vie en permanence.

C’est quand même s’épargner une des grandes difficultés de l’entrepreneuriat !

Bien entendu, cette situation n’est pas faite pour durer. De toute façon, l’autorisation de cumul ne peut pas dépasser 3 ans donc ça donne un ultimatum.

 

En attendant, ça laisse assez de marge pour se lancer et modifier ses plans 36 fois si besoin, avec la possibilité de revenir en arrière sans conséquence majeure.

Cela fait souvent partie des motivations de ceux qui optent pour le cumul, car au-delà de la situation financière immédiate, c’est aussi une façon de tester son projet grandeur nature avant de se lancer pour de bon.

 

| À lire également : 10 astuces pour devenir plus productif |

 

 

4 | Ce n’est pas tout rose non plus

 

Cette situation double parlera forcément à d’autres entrepreneurs : nous sommes nombreux à nous lancer ainsi pendant plusieurs mois.

Alors oui, cela présente des avantages indéniables, mais il faut aussi garder les inconvénients en tête.

Pour ne citer que les principaux inconvénients du cumul entrepreneur-salarié :

  • le temps reste encore et toujours ta grande limite,
  • changer de posture aussi souvent, c’est fatiguant,
  • conjuguer une entreprise que l’on construit avec passion et un travail qui ne nous motive plus, c’est difficile,
  • on n’est pas libre de son organisation…

Bref, cette situation de cumul est une belle opportunité pour se lancer, créer et développer son entreprise sereinement mais comme tout, il faut aussi penser au revers de la médaille.

 

| À lire également : 7 réalités sur la vie d’entrepreneur |

 

 

5 | Le jeu en vaut la chandelle

 

Si tu devais retenir un seul point du pourquoi, ce serait celui-ci. La motivation ultime qui se cache derrière cette situation de cumul.

Tout simplement, un profond désir (pour ne pas dire besoin) d’entreprendre.

L’autonomie, la valeur ajoutée, le sentiment d’utilité réelle, la créativité, la construction d’un métier sur mesure, la polyvalence…

Voilà un échantillon de ce que j’aime dans l’entrepreneuriat. On peut peut-être aller jusqu’à parler de mode de vie tant c’est tout un fonctionnement.

 

Selon moi, il s’agit souvent d’une fibre que l’on a ou pas, et clairement je suis faite pour ça. Ou alors je n’ai plus qu’à gagner au loto parce que je ne trouverai jamais le travail qui me convient.

En tout cas, apporter mes compétences pour aider des entrepreneurs dans leurs projets, ça me fait vibrer alors je fais tout pour mener à bien cette aventure étape par étape.

 

Toi qui pratiques ou envisages le cumul, tu voudrais ajouter des avantages/inconvénients ?

 


 

Suggestions d’articles :
S’organiser, ça s’apprend !
Mes 10 astuces pour rester organisée au quotidien

5 réflexions sur “Pourquoi créer son entreprise avant de quitter son job ?”

  1. hajalalayina

    Merci pour cet article qui nous fait te découvrir un peu plus ! C’est vrai que le salariat offre une certaine sécurité qui n’est absolument pas négligeable !
    Je crois que c’est une excellente initiative de cumuler les deux, histoire de bien préparer le terrain, et limiter les risques!
    En tout cas encore une fois bravo !

    1. J'aime la paperasse

      Merci Lisa ? il y a des jours où je préférerais tout claquer pour être 100% freelance mais je ne peux pas nier les avantages du cumul !

  2. Coucou, merci pour cet article, où je me reconnais aussi : sécurité financière, le besoin d’exercer un métier qui me passionne quand même, être autonome et y aller tranquillement.
    Je souhaiterais juste revenir sur un point : le cumul salariat-entrepreneur n’est autorisé que 3 ans? C’est par rapport à ton statut de fonctionnaire ou c’est pour toutes catégories de salariés confondus? J’espère bien sûr pouvoir quitter le salariat d’ici 3 ans, mais au cas où je ne suis pas prête, je devrais donc faire un choix quand même?

    1. J'aime la paperasse

      Hello Delphine, merci pour ton commentaire 🙂

      Le cumul limité à 3 ans c’est spécifique aux fonctionnaires, dans le privé tu fais ce que tu veux de ton temps libre. Ça te laisse de la marge pour gérer au mieux d’ici là 😉

Laisser un commentaire

Retour haut de page